appartement

villa
agence jd immobilier
Nous sommes le lundi 11 décembre 2017 05:09:44. Mise à jour mardi 12 juin 2007 10:41:38
maison

accueil jd immobilier Accueil

Nos produits :
vente villas Villas
vente maisons Maisons
vente terrains Terrains
vente commerces Commerces
vente appartements Appartements

ventes nouveautés nouvelles ventes Nouveautés
recherche vente Recherche Rapide
petites annonces Petites Annonces

Affiliation :
partenaires immobilier Devenir partenaire
membres immobilier Espace membres

Nos partenaires :
journaux petites annonces Supports Presse
sites petites annonces Supports Internet

échanger un lien avec jd immobilier Echanger un lien
Liens partenaires jd immobilier Nos liens

Nous contacter :
agence immobilière agde Agde
agence immobiliere frontignan Frontignan
agence immobiliere gigean Gigean
webmaster jd immobilier Webmaster


Actualité juridique | Chiffres utiles | News du Web | Défiscalisation | Forum | Outils
Vous êtes dans : Actualité juridique > Droit Social > Négociateur immobilier (VRP ou non)


ACTUALITE JURIDIQUE
Négociateur immobilier (VRP ou non)



Salaires des VRP et non réalisation des objectifs
Les négociateurs immobiliers VRP perçoivent un salaire minimum mensuel conventionnel, qui leur est versé même lorsqu’ils ne réalisent pas d’affaires.

En fonction de ce que prévoit le contrat de travail, ce salaire être versé à titre de salaire fixe (auquel s’ajoutent alors des commissions) ou à titre d’avances sur commissions (lorsque le salarié est rémunéré exclusivement à la commission).  

Lorsque le contrat d’un négociateur VRP comporte une clause d’objectifs, et que ces objectifs ne sont pas atteints, il arrive que l’employeur envisage de réduire ou de supprimer le salaire minimum conventionnel revenant normalement au VRP.

Est-ce possible ?

La Cour de cassation a été amenée à se prononcer sur cette question, concernant un VRP dépendant de l'accord national interprofessionnel des VRP du 3 octobre 1975.

La solution qu’elle dégage vaut cependant pour tout VRP, y compris ceux dépendant de la convention collective de l’immobilier.

Dans cette affaire, l’employeur avait privé le VRP de  sa ressource minimale conventionnelle, au motif que ce dernier n’avait pas respecté le quota prévu dans son contrat de travail (en l’occurrence, le VRP devait tenir 25 entretiens mensuels avec des clients potentiels).

Les juges ont considéré que cette retenue, pratiquée sur la ressource minimale du VRP, constituait une sanction pécuniaire illicite (Cass.soc., 30 novembre 2004, n° 03-44.635).

Il convient donc, ainsi que nous l’avons toujours préconisé, de veiller à ce que le VRP perçoive bien chaque mois son salaire minimum conventionnel.

 

Delphine ROY-BOULESTIN

Consultante juridique    

 

 

RETOUR


Visitez le site
de notre partenaire :




S1 | S2 | S3 | S4 | S5 | S6 | S7 |